sciences po urbanisme


Accueil > LE MASTER > Promotions > Promotion 2012-2013 > IEP

     

IEP

JPEG - 24.1 ko

Corine Abiven
IEP Strasbourg

C’est par la culture que je suis arrivée à l’urbanisme. Pendant mes années d’étude à l’IEP de Rennes, j’ai effectué plusieurs stages dans des lieux et institutions culturelles (en France et au Chili) et produit des travaux universitaires sur le sujet en envisageant toujours la culture à travers sa dimension territoriale (mémoire de fin d’étude sur la dimension culturelle du projet de reconversion des anciens chantiers navals à Brest). Après un master en politique et gestion de la culture à l’IEP de Strasbourg, j’ai souhaité concilier mon intérêt pour les problématiques culturelles et urbaines en intégrant l’agence abcd, spécialisée dans le conseil culturel aux collectivités. J’y ai réalisé des études de stratégies culturelles territoriales et des montages de projets culturels et travaillé en tant qu’AMO à la programmation architecturale d’équipements culturels. Ce qui me pousse plus franchement vers l’urbanisme aujourd’hui, l’envie de décloisonner mon approche des territoires, la nécessité de penser la ville dans sa globalité. Ce qui m’a poussé vers le cycle d’urbanisme : me confronter à la pratique du projet urbain, appréhender l’urbanisme de manière stratégique et opérationnelle, le tout dans un esprit pluridisciplinaire. Ce que j’envisage à la sortie : apporter ma contribution au sein d’une agence d’architecture et d’urbanisme

JPEG - 23.8 ko

Stéphanie Gastaud
IEP Grenoble

Débutant mes études supérieures en classe prépa BL, je n’ai découvert mon attrait pour les questions territoriales que lors d’un voyage au Congo effectué dans le cadre de mon parcours à Sciences Po Grenoble. J’ai ensuite suivi le séminaire « Géopolitique du Monde Contemporain » et écrit un mémoire sur les phénomènes de régionalisation interétatique. Bien que ce sujet n’ait pas été directement lié au caractère technique de l’analyse urbaine, l’intérêt porté aux enjeux territoriaux était sous-jacent. Ce n’est qu’en Master 1 que j’ai pleinement investi le secteur de l’urbanisme par un stage à l’Instituto para la Ciudad en Movimiento de Buenos Aires, ainsi qu’en agence d’architecture à Paris. J’ai parallèlement complété ma formation par un double cursus en faculté d’Ingénierie Economique et Entreprise, et écrit un second mémoire sur le concept de pôle de compétitivité. J’ai ensuite intégré le cycle afin d’acquérir les compétences théoriques et pratiques essentielles pour devenir urbaniste.

JPEG - 25.9 ko

Clément Mariotte
IEP Strasbourg

J’ai rejoint le Cycle d’Urbanisme de Sciences Po dans l’optique d’élargir mes compétences à la conception de projets urbains et à leurs modalités opérationnelles. Diplômé de Sciences Po Strasbourg (Affaires européennes) et de la London School of Economics (MSc in Environmental Policy, Planning and Regulation), j’ai pu développé au cours de ma carrière professionnelle une expertise résolument tournée vers la gestion des impacts environnementaux et les problématiques de développement durable. A Londres, au sein du think tank international The Climate Group, j’ai essentiellement travaillé sur les stratégies territoriales de lutte contre le réchauffement climatique. J’ai co-fondé ensuite BASH, une structure de conseil en stratégie durable à destination des secteurs créatifs, à l’origine également d’une pépinière d’entreprises sociales/centre culturel dans le quartier de Shoreditch à Londres. De retour à Paris après 5 ans en Grande-Bretagne, j’ai participé ensuite au développement d’un projet associatif dans le domaine du logement participatif (Un plus Un), avant de rejoindre le Cycle pour y confronter mes expériences et convictions aux enseignements de la formation et m’enrichir de nouvelles compétences.

JPEG - 63 ko

Margaux Nebout
IEP Lille

De formation littéraire (hypokhâgne, khâgne, licence de philosophie), j’ai intégré Sciences Po Lille en première année de master et y ai développé, notamment au cours de la rédaction d’un mémoire de recherche, une sensibilité particulière à la question de la lutte contre les discriminations et des ségrégations urbaines. J’ai exploré ces thématiques en m’engageant dans plusieurs expériences professionnelles : Secrétariat général à la Ville, Mairie de Paris (cabinet de l’adjointe au Maire en charge de la politique de la ville), cabinet de conseil (mission de pilotage national du développement économique en quartier sensible menée par la Caisse des Dépôts). Ces stages m’ont tous passionnée tant par leur contenu que par la possibilité qu’ils m’ont donnée de comprendre la politique publique du renouvellement urbain et de la politique de la ville en France. Au cours de ces expériences, le choix de l’urbanisme comme voie professionnelle est devenu évident pour moi : je souhaitais élargir ma vision de l’urbain, maîtriser les outils et modes de production de la ville. J’ai souhaité intégrer le cycle d’Urbanisme de Sciences Po afin de bénéficier du « saut » dans la profession qu’il constitue. Le développement du Grand Paris et des quartiers sensibles, la qualité paysagère et la place des espaces publics comme lieux d’intégration dans les projets urbains sont des sujets qui m’attirent avant tout et qui guideront la recherche de mon emploi, que ce soit en maîtrise d’ouvrage (SEM, SPLA) ou en maîtrise d’œuvre (cabinets d’urbanisme).

JPEG - 26 ko

Marc Nicoladze
IEP Grenoble

Diplômé de Sciences Po Grenoble, j’ai eu la chance de suivre pendant cinq ans une formation riche et pluridisciplinaire. D’abord intéressé par les questions sociales et environnementales, j’ai orienté mon parcours académique dans ce sens là. Par la suite, j’ai effectué deux stages qui, chacun à leur façon, ont raffermi mon intérêt pour la ville et les professions qui y sont liées. Le premier au Programme des Nations Unies pour l’Environnement où j’ai eu l’opportunité de travailler sur des études portant sur la question urbaine. Le second dans un laboratoire de recherche chargé de mener une analyse comparative d’écoquartiers à l’échelle européenne.
Suite à ces expériences, j’ai voulu approfondir mes connaissances en matière d’urbanisme et suivre un enseignement professionnalisant. Le Cycle, en confrontant des étudiants venus d’horizon divers, m’est apparu comme le lieu idéal pour le faire.

JPEG - 27.2 ko

Margaux Scalisi
IEP Aix

Lors de mon admission à Sciences po Aix, j’ai souhaité orienter mon cursus académique dans le domaine de l’urbanisme et de la planification urbaine. Cette formation pluridisciplinaire m’a permis d’analyser les différentes problématiques liées au paysage institutionnel français et à son jeu d’acteurs. Après une année passée aux Etats-Unis, à l’Université du Michigan, pour étudier le phénomène d’ « urban spawl » et les enjeux des « suburbs », j’ai décidé d’intégrer la section Services Publics de l’IEP pour me spécialiser davantage. J’ai ainsi consacré mon master 1 au droit public et à la rédaction d’un mémoire intitulé « Les perspectives du Plan Local d’Urbanisme après la loi Grenelle 2 ». L’intérêt pour les collectivités territoriales et leurs modes de planification ne m’a donc plus jamais quitté. Le cycle m’offre aujourd’hui la possibilité de consolider mes connaissances académiques de l’urbanisme mais aussi d’acquérir une dimension opérationnelle de la matière.

JPEG - 25.2 ko

Delphine Silly
IEP Lille

Responsable pendant 4 ans d’un service d’action culturelle, j’ai œuvré à développer des projets culturels associant publics et territoires.
Comment vivre la ville ?, Comment investir l’espace public ?, Comment et jusqu’où impliquer les habitants dans les programmes de rénovation urbaine ?. J’ai travaillé quotidiennement à ces problématiques en développant des actions dans la dynamique de la politique de la ville, en liant des partenariats avec des associations qui interrogent les politiques d’aménagement (Université Populaire, Atelier Electrique) et en accompagnant des projets artistiques dans l’espace public (programme de la Fondation de France : les nouveaux commanditaires).Issue d’une formation généraliste (prépa lettres et sciences sociales puis Sciences po à Lille), j’ai toujours cherché à maintenir une approche transversale dans mes travaux universitaires et dans mes emplois antérieurs. Ainsi, j’ai travaillé sur la question de la frontière franco-belge et de ses usages à l’occasion de Lille 2004. J’ai aussi participé en tant qu’opérateur culturel aux réflexions menées dans le cadre du dialogue compétitif pour la requalification du site du Pile à Roubaix. Aujourd’hui, j’envisage mon évolution professionnelle dans le secteur de l’urbanisme comme une évidence. C’est pour concrétiser ce projet que j’ai rejoint le cycle d’urbanisme de Sciences Po : une étape de formation essentielle pour solidifier mes compétences en matière de développement de projet.

     
page pdf   Imprimer en PDF